Bien au-delà du commerce équitable, il y a le « sharetrade » | Café éveil
Café Spécialité Coffee
Terroir • Single Origin • Sharetrade

Bien au-delà du commerce équitable, il y a le « sharetrade »

Le commerce équitable (Fairtrade) a été une avancée sans précédent pour les producteurs agricoles, notamment dans les secteurs du café, du cacao ou du thé. Cela a permis d’organiser un commerce durable duquel les communautés productrices retirent davantage de bénéfices, grâce à une chaîne de valeur plus transparente et responsable. Pourtant, Café éveil a décidé d’aller plus loin en brisant la chaîne de valeur actuelle pour mettre en place une chaîne de valeur nettement plus juste, baptisée « sharetrade ». Cette nouvelle approche commerciale répond à plusieurs principes :

L’engagement « sharetrade » : verser 100% des profits aux communautés

Dans ce domaine, le commerce équitable a ouvert la voie en versant un pourcentage des profits aux producteurs leur permettant de l’investir dans l’amélioration de leurs organisations et de leur communauté. Avec le « sharetrade », ce sont 100% des profits qui sont versés aux communautés locales, puis investis dans l’éducation, la santé et la nutrition afin de permettre à la communauté entière de se développer et de gagner en autonomie. Dans la communauté de Santa Rosa au Guatemala, Café éveil y a déjà lancé ses projets communautaires.

Nous avons une vision 360 degrés : tout le monde fait sa part afin d’obtenir un impact social plus fort et plus pertinent.

– Martin Brière

Avec « sharetrade », tous les acteurs sont partie prenante

Lorsqu’on achète un café issu du commerce équitable, on ne sait pas forcément ce qui se cache derrière la marque. Certaines certifications de commerce équitable tiennent compte seulement de la production, d’autres couvrent aussi l’exportation ou la transformation (Équiterre a publié une grille comparative des différents labels de commerce équitable pour aider les consommateurs à s’y retrouver). Dans la démarche « sharetrade », c’est l’ensemble de la chaîne de valeur qui est repensée et tous s’impliquent. Nous avons une vision 360 degrés : tout le monde fait sa part afin d’obtenir un impact social plus fort et plus pertinent, précise Martin Brière.

Le « Sharetrade » débute par un commerce direct avec le caféiculteur

Comme pour le commerce équitable, le « sharetrade » opte pour le commerce direct. En réduisant le nombre d’acteurs dans la chaîne, on réduit le nombre d’entreprises qui font un profit sur le café. Ainsi on peut accorder une plus grande marge aux producteurs. Les associés de Café éveil se sont rendus plusieurs fois au Guatemala pour rencontrer des exploitants de cafés et nouer des partenariats directs. L’idée était de trouver un café d’un terroir de première qualité afin d’offrir un café Spécialité qui se place parmi les meilleurs en termes de goût et aussi d’impact social.

Au-delà du commerce équitableAu-delà du commerce équitable

Le « sharetrade » implique toute la communauté

Les fondateurs de Café éveil tiennent à rencontrer la communauté et à s’assurer que les différents membres deviennent partie prenante des projets : responsables d’école, les parents et les enfants. Toute la communauté a un rôle à jouer et c’est ce qui lui permettra de développer son autonomie. Le but du « sharetrade » est de rendre les communautés autonomes et de pouvoir reproduire dans d’autres communautés le modèle développé à Santa Rosa, explique Jean-Guy Charron.

Le « Sharetrade » : la connaissance et le respect du terroir

Notre torréfacteur, Luc Alary, travaille en direct avec les caféiculteurs, afin d’élaborer des cafés Spécialité qui sont personnalisés. Ces cafés mettent en valeur les caractéristiques de chaque terroir.

En savoir plus sur les produits

L’implication de Luc ne s’arrête pas là car il est aussi partie prenante dans le projet de Café éveil. Entre autres, il a accompagné les associés de Café éveil lors des voyages au Guatemala ; a mis en relation l’entreprise et les caféiculteurs ; puis a partagé sa passion et sa connaissance du café pour ainsi élaborer la gamme Café éveil, tout en respectant scrupuleusement les caractéristiques et arômes du terroir.

La chaîne de valeur « sharetrade » intègre les détaillants aussi !

Bien que non évalué pour le commerce équitable, la chaîne de distribution est cruciale et les détaillants y contribuent aussi. Si tous les acteurs de la chaîne de valeur font leur part jusque-là, il est de mise que les détaillants acceptent également de bonifier leur rôle traditionnel. En distribuant Café éveil, les détaillants deviennent ainsi des partenaires « sharetrade ». Il nous paraissait essentiel d’impliquer les détaillants à plusieurs niveaux : la mise en valeur des produits, une contribution à l’effort financier et le processus de révision annuelle des États financiers, conclut Michel Charron.

Sources :